1. Comment réussir tes descriptions de personnages en science-fiction

2. Comment rendre tes personnages crédibles et mémorables

3. Comment créer des personnages réalistes en 1 minute sur ton smartphone

 

Les techniques de création de personnages, il en existe des tas et c’est sûrement pas celle que je vais te présenter maintenant qui va révolutionner la littérature.

Sacrée entrée en matière pour donner envie de lire la suite, hein ?

Shares
  • Facebook
  • Twitter
  • Buffer

Ouais, je sais, j’ai un talent fou.

Trêve de plaisanterie, la technique que je vais te proposer dans cet article est probablement inédite, assez originale et, pour ma part du moins, a été vraiment efficace pour apporter un boost de réalisme à mes personnages.

Usage pas gadget à une appli gadget

Pour ne rien gâcher, cette méthode est rapide puisqu’elle ne prend que quelques instants sur ton smartphone. Tu sais, le truc qui te colle tout le temps aux doigts quand tu cherches des excuses pour ne pas écrire. Grâce à cette méthode, tu auras cette fois une bonne raison pour affirmer à ton entourage que tu es réellement en train de travailler et non de procrastiner sur une énième application à la con censée remplir tes comptes de réseaux sociaux de posts futiles pour offrir un semblant d’intérêt à ton existence vide de sens.

Shares
  • Facebook
  • Twitter
  • Buffer

À moins que ce ne soit un stratagème de ta part pour écrire un roman SUR les réseaux sociaux. Malin.

Ironiquement, cette méthode fait appel à l’une de ces applications à la con. Sauf qu’au lieu de remplir ton profil de mèmes rigolos, l’appli va t’aider à remplir tes romans de personnages utiles.

Cette application, c’est FaceApp. Ouais, je sais. C’est so 2019. L’appli a eu son heure de gloire en étant numéro un des téléchargements en juillet de la même année avant d’être oubliée aussi sec un mois plus tard. Mettons que tu ne connaisses pas. FaceApp, en deux mots, permet de manipuler la photo d’un portrait humain (désolé pour les extraterrestres qui lisent) pour le rajeunir, le vieillir, le féminiser ou le masculiniser, lui changer de coiffure ou de couleur de cheveux, et plein d’autres petits usages rigolos.

Après t’être marré sur Instagram en voyant les transformations des copains, et après avoir réalisé avec horreur que ta version vieillie était le portrait craché de l’un de tes parents, tu as arboré seul ce sourire crispé devant ton selfie du genre opposé que tu as aussitôt effacé de ta mémoire et de celle de ton téléphone.

Contrairement à moi, qui n’ai aucune honte à révéler combien je suis jolie.

Shares
  • Facebook
  • Twitter
  • Buffer

Le maquillage y est pour beaucoup.

Un personnage, c’est d’abord une représentation mentale… très floue

Bon, c’est bien sympa de ressortir de la naphtaline un vieux truc périmé – de moins d’un an à l’heure où j’écris, soit l’équivalent d’un siècle pour Internet – mais si ça ne t’apporte rien d’autre qu’un bref instant de nostalgie, je sens que tu vas vite délaisser cet article pour passer à quelque chose de plus utile dans ta vie comme, je sais pas, écrire un bouquin.

Du calme, du calme, j’entends bien, mon pote. Faut pas t’exciter.

Fermons temporairement cette parenthèse sur le marché sans pitié des applications mobiles et revenons à nos moutons créatifs.

Lorsque tu inventes un personnage, tu vas t’en faire en tout premier lieu une représentation mentale. Ton premier problème, c’est qu’une « représentation mentale » est le plus souvent floue et imprécise – à moins d’être physionomiste ou un portraitiste de talent. Et ton second problème, c’est que tu vas être forcé de retranscrire cette vision floue sous forme de mots pour que tes lecteurs se représentent à leur tour mentalement ton personnage.

Ce qui fait que si ton personnage n’est pour toi qu’une chose vague et imprécise, pas de bol : ce sera pareil pour tes lecteurs. C’est aussi simple que ça.

Shares
  • Facebook
  • Twitter
  • Buffer

Et ne va pas te chercher d’excuse comme quoi ce sont des demeurés congénitaux : ce sera ta faute.

Pour résoudre ces problèmes, plusieurs solutions s’offrent à toi. La plus évidente, c’est de réfléchir le plus longtemps possible à ton personnage pour lui apporter un maximum de détails, par exemple en écrivant sa fiche descriptive. La vision floue que tu as d’elle ou de lui va ainsi se focaliser lentement jusqu’à ce qu’elle soit assez nette pour être retranscrite par écrit, au ravissement de tes lecteurs.

Note aussi que nous n’avons pas la même façon de mentaliser des personnages. Comme je l’expliquais dans un article précédent en parlant du « test VAK », nous avons tous un sens préféré qui a une influence décisive sur notre façon de penser – et d’écrire. Étant un auteur « visuel » – sans déconner ? – j’ai tendance à « visualiser » mes personnages pour les décrire. D’autres (toi peut-être) auront en revanche une approche sensorielle différente, basée sur la voix, l’odeur, la chaleur et les gestes de leur personnage.

Une autre solution simpliste pour se représenter mentalement un personnage est d’utiliser une « paire de béquilles » : des stéréotypes physiques ou des références culturelles extérieures (par exemple un personnage issu d’un autre récit). En d’autres termes, tu vas baser ta vision du personnage que tu inventes sur quelque chose que tu connais déjà et qui parlera à tes lecteurs. Si c’est bien fait et si tu modifies suffisamment ta base de départ pour la rendre méconnaissable, c’est très judicieux. En revanche, si tu décris un homme casqué de deux mètres vêtu de noir avec une cape et un respirateur artificiel

Shares
  • Facebook
  • Twitter
  • Buffer

Ça risque de faire tache. (De vin.)

Enfin, troisième possibilité, si tu as une âme d’artiste complet, tu peux aussi dessiner tes personnages. Ça m’est arrivé en mon temps, parce que ça m’aidait à « fixer » une vision évanescente qu’il est très facile de perdre au bout de quelques mois si l’on travaille au long cours.

Le problème de ces techniques ? La deuxième basée sur les stéréotypes est très périlleuse – je dirais pour ma part interdite, parce que c’est la meilleure façon de se retrouver avec un personnage qu’on croit original alors que non – et les deux autres te bouffent un temps de malade pour arriver à quelque chose de correct.

Avoir une vision claire d’un personnage en quelques secondes avec FaceApp

C’est là que FaceApp intervient. Pour t’économiser du temps et t’éviter de la souffrance inutile, il te suffit d’allumer ton smartphone et de laisser la magie opérer.

Shares
  • Facebook
  • Twitter
  • Buffer

Bon, fais pas exprès de jouer les demeurés non plus : installe l’application d’abord.

Ensuite, trois étapes simples.

1. Trouver des portraits en ligne

Qui dit transformation de portraits dit portraits au départ, évidemment. Tu ne vas pas partir de rien. Oh, tu peux bien sûr t’appuyer sur ta bibliothèque de photos existantes et transformer Mamie Geneviève en Orthorax, le puissant seigneur des ténèbres, ou à l’inverse faire de ton petit neveu de 7 ans une Mamie Geneviève. Tu peux même utiliser le portrait de moi ci-dessus si ça t’inspire. Tout est possible, tu es libre, tant que ça t’apporte le résultat que tu recherches.

Mais c’est toujours un peu délicat de travailler avec des visages connus, même transformés, quand on écrit dans l’imaginaire. Tu es censé avoir de l’imagination, alors vas-y à fond. Mon truc, c’est d’aller piocher des portraits sur Google Images, des image stock libres de droit ou mieux encore, chez des photographes portraitistes proposant des clichés en ligne – parce que leur travail a en général ce petit supplément d’âme qui permet de s’attacher à la personne qui se trouve derrière la photo.

Shares
  • Facebook
  • Twitter
  • Buffer

“Supplément d’âme” est à prendre au sens figuré, bien sûr. (SOS Fantômes 2)

 

Une autre ressource intéressante en ligne : https://thispersondoesnotexist.com/ avec une IA qui te génère UNE photo aléatoire à chaque rechargement de page. Sympa mais un peu laborieux pour tomber sur celle qui s’approche de ton personnage fantasmé.

Car le plus important, c’est de chercher quelque chose qui corresponde à ta vision floue du départ, cette fameuse « représentation mentale » dont je parlais tout à l’heure. L’erreur à ne pas faire, c’est de partir de rien, sans idée précise ; l’objectif de FaceApp n’est pas d’inventer ton personnage à ta place mais de t’aider à en avoir une vision claire. Ce n’est pas la même chose.

Perso, je préfère faire mes recherches d’images sur grand écran 27 pouces (c’est toujours mieux pour en apprécier les détails) puis transférer les photos sur mon téléphone ; mais tu peux évidemment aller plus vite en partant à la chasse directement sur ton smartphone.

2. Créer ton personnage unique

L’étape suivante est simplissime : il suffit d’appliquer les effets de FaceApp sur tes trouvailles puis de les enregistrer pour pouvoir les utiliser plus tard.

Le truc génial, c’est que tu peux re-transformer des clichés déjà transformés. Bon, la qualité de l’image n’est pas exaltante avec la version gratuite de l’application, mais en effectuant deux voire trois modifications successives, tu peux sans problème changer ton neveu de 7 ans en Mamie Geneviève. C’est magique et surtout, ça génère une image complètement nouvelle qui n’existait pas auparavant.

La photo de ton personnage. Une photo d’une personne que ni toi, ni tes lecteurs ne trouveront ailleurs, que ce soit en vrai ou sur Internet.

Shares
  • Facebook
  • Twitter
  • Buffer

Et qui va s’attacher à toi pendant des jours voire des années d’écriture.

3. Produire des descriptions physiques riches et précises

À partir de là, tu n’as plus aucune excuse pour te planter sur la description physique de ton personnage. Tu peux l’imprimer et l’afficher au mur si ça te chante, ou l’afficher dans un coin de ton écran comme je le fais parfois pour m’assurer que mes descriptions collent à l’apparence physique.

Pour mes personnages les plus importants, par exemple ceux qui vont parler à la première personne trois cents pages durant, je vais faire l’effort de décrire factuellement, cliniquement pourrait-on dire, la photo ainsi obtenue avec le plus de détails possibles, un peu comme un « portrait robot » écrit : couleur de peau ; forme du visage ; forme du menton ; forme du nez et des narines ; cheveux et pilosité (couleur, forme…) ; forme, couleur et écartement des yeux ; forme, couleur et abondance des sourcils ; type de bouche, couleur et forme des lèvres.

Shares
  • Facebook
  • Twitter
  • Buffer

En fouillant sur Internet, tu n’as que l’embarras du choix.

Ce travail n’a pas pour objectif d’être repris tel quel dans ton récit, sans quoi ce serait incommensurablement chiant pour tes lecteurs. Il a pour objectif de commencer à mettre des mots sur l’apparence physique de ton personnage, des mots qui viendront d’autant plus facilement que tu auras son portrait sous les yeux.

Ce n’est en définitive qu’une base que tu vas pouvoir enrichir d’un vocabulaire complexe (un nez aquilin, des lèvres ourlées, une peau café au lait tirant sur l’olive), de comparaisons (des oreilles comme des battoirs), de métaphores (un sourire de requin) et même de détails supplémentaires sur la personnalité de ton personnage auxquels tu n’aurais pas pensé auparavant. Il ou elle pourra avoir des complexes sur ses taches de rousseur ou trouver son nez trop long ; il frottera inconsciemment son beau menton viril devant un partenaire qui lui plaît ; etc.

Shares
  • Facebook
  • Twitter
  • Buffer

Vas pas trop loin quand même dans ta réflexion, sans quoi ton personnage va se trouver trop beau, se rebeller et te forcer à lui créer un compte Instagram.

Avec une vraie image au lieu d’une représentation mentale floue, tu décuples tes possibilités avec cet avantage de rester toujours réaliste.

Deuxième effet kiss cool : famille et âges de la vie

Et ce n’est pas fini : cette photo précise de ton personnage peut encore être exploitée davantage ! En particulier si ce personnage a une famille. Tu peux très rapidement produire le portrait de ses enfants en rajeunissant la photo et/ou en le passant au sexe opposé.

Si tu racontes les aventures de ton personnage sur une longue période de temps, tu peux aussi réaliser avec FaceApp des portraits de lui ou d’elle enfant, adolescent, adulte et enfin âgé. Je l’ai fait sur les trois ou quatre personnages principaux de mon cycle de romans, dont le lecteur vivra parfois les péripéties de la naissance à la mort ; une exploitation vraiment intéressante qui, à mon sens, insuffle un peu plus de vie à ces images.

Plutôt que d’avoir un personnage figé sur un instant donné, tu te retrouves face à une personne qui a traversé des épreuves, eu des parents, des enfants, des amours. Tu peux presque sentir les événements qui lui sont arrivés – et que tu te feras d’ailleurs un plaisir de lui faire traverser. C’est assez bluffant.

Shares
  • Facebook
  • Twitter
  • Buffer

Ou flippant. À toi de décider.

Comment m’est venue l’idée d’utiliser FaceApp pour créer des personnages

Comme souvent dans l’innovation – car je considère que mettre cette appli gadget au service de la création de personnages fictifs en est une – l’idée d’utiliser FaceApp m’est venue d’un problème complexe qui m’a obligé à trouver une solution.

Shares
  • Facebook
  • Twitter
  • Buffer

Comme tu dis, mon gars.

Au risque de me répéter pour les lecteurs fidèles, mon premier roman met en scène une société humaine où coexistent des générations de clones, constituées à parts égales d’individus masculins et féminins. Ces clones sont de “vrais jumeaux” (des monozygotes, pour les avertis), mais de sexe différent.

Les férus de génétique comme moi savent que ce type de jumeaux n’existe pas dans la nature, où les vrais jumeaux sont forcément du même sexe. Un frère et une sœur nés en même temps sont des “faux jumeaux” : ils n’auront pas forcément la même couleur de cheveux, de peau ou d’yeux. La seule chose qu’ils ont en commun sera leur âge, et bien sûr leurs parents (encore que).

Dans mon histoire en revanche, filles et garçons n’auront qu’une seule différence génétique : leurs chromosomes sexuels.

Shares
  • Facebook
  • Twitter
  • Buffer

Et te voilà redevenu un élève de quatrième en train de pouffer en classe de bio.

Un seul de leurs deux chromosomes, pour être précis : Y pour les garçons et X filles pour les filles. Soit un chromosome de différence sur quarante-six, là où des faux jumeaux récupèrent de façon aléatoire un chromosome sur deux de leur père et de leur mère et n’ont donc que cinquante pour cent de leurs gènes en commun, à l’instar de frères et sœurs “classiques”.

Okay, je sens bien que je t’ai perdu. Si tout ça c’est du blabla, imagine-toi juste que ton frère (ou ta sœur) soit une version identique de toi-même, un vrai miroir, mais de sexe différent. Flippant, non ? (Sauf si bien sûr tu as un vrai jumeau transgenre, auquel cas ça te paraîtra tout à fait normal.)

Et maintenant que j’y pense, est-ce que ça ne ressemblerait pas par hasard… attends, mais oui, c’est ça : au portrait du genre opposé qu’on peut obtenir sur FaceApp.

Shares
  • Facebook
  • Twitter
  • Buffer

Ça alors. Quelle coïncidence.

Tout ça pour dire que FaceApp a été pour moi du pain bénit pour créer en un clic des versions féminines ou masculines de mes personnages principaux. L’application est très forte pour féminiser et masculiniser les traits (pour « inverser les phénotypes sexuels », dans le jargon) et cela m’a permis de m’appuyer sur des images tangibles et pertinentes plutôt que d’extrapoler des descriptions hasardeuses en voulant décrire filles et garçons parmi mes clones.

La technologie moderne au service de la science-fiction… Je suis sûr que les créateurs russes de FaceApp n’ont pas pensé à ça en lançant leur gadget. Allez, à toi de jouer, et dis-moi dans les commentaires si cette astuce t’a été utile !

Shares
  • Facebook
  • Twitter
  • Buffer

Et sinon, à quand un FaceApp pour extraterrestres ?

2 Commentaires
  1. interfacemachine 2 semaines Il y a

    Très bon ! Merci beaucoup pour cette piste ; mon talon d’Achille, parmi tant d’autres (!), étant la création de mes persos…. Et avec un humour que j’affectionne particulièrement. Bravo et merci !

    • SF Zone 2 semaines Il y a

      Merci beaucoup ! N’hésite pas à revenir nous dire comment tu as exploité cette astuce et si elle t’a aidé

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2020 SF Zone - Réveille l'écrivain de science-fiction qui sommeille en toi !
Pourquoi SF Zone   |   À propos de l'auteur   |   Publications   |   Mentions légales

Convecteur temporel

Envoie un message vers ton futur et j'y répondrai dans mon présent :

En cours d’envoi
Choisis un thème

Pin It on Pinterest

Shares

Cet article t'a plu ?

Partage-le avec ses futurs lecteurs !

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?