Comment Asimov a inventé une science aussi crédible qu’une vraie

Quand tu manques d’inspiration au moment d’écrire une histoire de science-fiction, tu peux toujours t’appuyer sur la quantité astronomique de sciences aussi diverses qu’insolites qui envahissent les bibliothèques et les labos du monde entier.

Shares
  • Facebook
  • Twitter
  • Buffer

Combien de sciences parviendras-tu à retrouver dans ce gif ?

Tout ce que tu as à faire, c’est de piocher une science sympa – sur laquelle tu serais quand même prêt à passer des dizaines voire des centaines d’heures – et de te lancer.

Mais si tu aimes le risque et l’aventure, et que tu as peur de t’ennuyer en écrivant, tu peux aussi faire autre chose que de te baser sur une science déjà connue et sans doute déjà traitée par d’autres. Tu peux aussi l’inventer.

Si tu ne sais pas quelle science choisir pour ton histoire de #sciencefiction, invente-la ! Click To Tweet

Inventer une science, c’est à la portée de tous les écrivains de SF

Les amateurs de science-fiction sont en général des êtres curieux qui aiment savoir comment et pourquoi fonctionnent les choses. Ils adorent accumuler des connaissances scientifiques sur tout et n’importe quoi, dans les livres qu’ils lisent, dans les émissions qu’ils regardent et dans la nature qui les entoure. Ils se posent des questions, formulent des hypothèses, et parfois même, inventent des théories.

Si c’est ton cas, je t’informe officiellement que tu as un esprit scientifique.

Shares
  • Facebook
  • Twitter
  • Buffer

NB : ne vaut pas certification au titre du RNCP.

Le truc, c’est qu’un esprit scientifique associé à l’imagination d’un écrivain de science-fiction, ça fait souvent s’allumer plein de petites ampoules dans la tête. On se demande : « Que se passerait-il si… ? » « Comment fonctionnerait X si Y était comme ça ? » On se pose plein de questions qui pourraient donner matière à une histoire.

Et ce genre de questionnement, comme ce fut le cas d’Isaac Asimov, est parfois le point de départ de l’invention d’une nouvelle science.

Dans les années 50, il a inventé la psychohistoire pour son roman Fondation. Comment ? En associant les théories historiques de la chute de l’Empire romain avec les mouvements des molécules de gaz.

Shares
  • Facebook
  • Twitter
  • Buffer

Attendez, il vient de dire que les romains sont des pétomanes, ou je me trompe ?

Associer deux sciences pour en inventer une nouvelle

Après, j’avoue, ce ne sont pas deux sciences qu’on associe d’entrée de jeu.

Asimov était un docteur en biochimie. C’est pendant ses études qu’il s’est intéressé aux mouvements aléatoires des molécules de gaz qui, prises ensemble, suivent pourtant un schéma défini.

Il y voit là matière à s’interroger sur le déterminisme des hommes : les humains pris individuellement ont leur libre arbitre, mais l’humanité prise comme un tout suit un chemin déjà tracé.

Asimov associe molécules et individus pour inventer la psychohistoire. Selon cette science, les événements pris à très grande échelle finissent toujours par survenir de façon infaillible, en dépit de tous les obstacles que les individus pourraient mettre en oeuvre pour contrecarrer ses prédictions.

Shares
  • Facebook
  • Twitter
  • Buffer

Ah ah ! Tu l’avais pas vue venir, celle-là, hein, Hari ?

Il faut cependant que les échelles soient immenses pour que les théories de la psychohistoire telle qu’Asimov l’a inventée puissent fonctionner.

Féru d’histoire – comme de beaucoup d’autres sciences – Asimov s’intéresse dans le même temps à un ouvrage, Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire romain, écrit par Edward Gibbon à la fin du XVIIIe siècle.

C’est là qu’il a l’idée d’appliquer la psychohistoire à une civilisation à l’échelle galactique sur le point de s’effondrer, un Empire galactique en tous points semblable à l’Empire romain.

Pousser les limites de sa science pour tester sa logique

L’intrigue du cycle de Fondation ne couvre pas plusieurs années, mais plusieurs siècles. Un sens du drama et de la démesure qui donne le vertige et fait tout le sel de cette histoire. Et surtout qui a permis à Asimov de pousser jusqu’au bout la logique et les théories de sa science imaginaire.

Isaac Asimov a déduit qu’une civilisation qui appliquerait strictement les préceptes de la psychohistoire aurait un avenir radieux, tout en mettant en évidence que des facteurs imprévus pouvaient mettre à mal cette science en apparence infaillible. Et donc qu’il fallait donc des protagonistes pour rééquilibrer les choses.

L’intrigue de son roman était toute trouvée : ses personnages principaux auraient pour rôle de réguler les déséquilibres dans le plan initial de la psychohistoire.

Shares
  • Facebook
  • Twitter
  • Buffer

Fun fact : Darky s’est fait recaler pour le rôle du Mulet. Trop compassionnel.

En bon scientifique, Asimov a également compris qu’une civilisation ne peut pas s’étudier elle-même sous l’angle de la psychohistoire – parce que si elle connait à l’avance son futur, elle voudra choisir un autre chemin au lieu de suivre celui déjà tracé pour elle.

D’où la nécessité, pour Asimov, de faire de Fondation le « cobaye » de la psychohistoire. Et qui dit cobaye, dit scientifique observateur que le cobaye ne voit jamais : la Seconde Fondation. Un second protagoniste qui ouvre la porte à tout un nouveau chapelet d’intrigues et de rebondissements où elle sera tour à tour une ennemie, une alliée, ou juste une vague légende aux yeux des habitants de la Première Fondation.

Shares
  • Facebook
  • Twitter
  • Buffer

Fun fact : L’Empereur Palpatine a lui aussi été recalé pour le rôle de Hari malgré sa réplique « Tout se passe donc comme je l’avais prévu ». Pas assez scientifique.

En poussant la logique de sa science imaginaire jusque dans ses retranchements, Isaac Asimov est parvenu à associer étroitement l’intrigue de son roman avec les principes de la science qu’il avait inventée, le tout en traitant au passage les questions métaphysiques que celle-ci induisait.

À lire également sur io9/Gizmodo : What Absolutely Everyone Needs To Know About Isaac Asimov’s Foundation

Tags:

Convecteur temporel

Envoie un message vers ton futur et j'y répondrai dans mon présent :

En cours d’envoi
©2018 SF Zone - Réveille l'écrivain de science-fiction qui sommeille en toi !
Pourquoi SF Zone   |   À propos de l'auteur   |   Publications   |   Mentions légales
SF Zone soutient NooSFere, encyclopédie et base de données bibliographique de la science-fiction francophone
Choisis un thème

Pin It on Pinterest

Shares

Cet article t'a plu ?

Partage-le avec ses futurs lecteurs !

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?